Dances traditionnelles

TCHEBE

La pratique des échasses au Togo

Le Togo offre un regard surprenant sur le monde des échasses. Réputés pour leur hauteur : on parlait de 5-6 mètres... j’étais toutefois un peu sceptique sur les possibilités qu’offre les échasses à de telles hauteurs

En entrant dans le monde des échassiers, j’ai découvert une richesse incroyable. Sur un plan purement technique tout d’abord, mais également sur le plan de la culture vaudou qui sous-tend cette pratique.

Échasses et danse Tchébé

A la différence de nombreux pays, trouver les échassiers n’est très compliqué au Togo. Il y en a dans plusieurs villes, notamment à Lomé, la capitale, où il existe plusieurs ballets de danses traditionnelles. Néanmoins pour comprendre une culture originale qui utilise les échasses de manière particulièrement intéressante, il existe un lieu : Atakpamé. Cette ville est le centre névralgique puisque c’est ici que sont implantés les Ifè qui est l’ethnie initiatrice de l’échasse au Togo, à travers la danse Tchébé.

A Atakpamé, la danse Tchébé n’est pas un simple spectacle (comme les ballets de Lomé), c’est une danse qui est insérée dans une culture populaire, elle participe donc de la vie sociale. La danse Tchébé a trois composantes : les échassiers, les musiciens et les danseuses au sol. L’intérêt est ici principalement porté aux échassiers qui est la composante fondamentale de cette danse, Tchébé signifiant échasses en Ifè

 

KROUGNIMA

La danse KROUGNIMA : danse de virginité symbolique des adolescentes déterminant le respect des coutumes avant le mariage.

Danse des vierges, danse initiatique qui s'exécute lors des cérémonies pour les jeunes filles en âge de se marier. Elle s'exécute avec une calebasse qu'elle fait jongler avec ses deux mains au rythme du tam-tam. Si la calebasse tombe des mains d'une fille, cela veut dire qu'elle n'est pas vierge et cela déshonore la famille.  C'est une danse du nord-TOGO

 

DANSE  ITCHOMBI

Danse initiatique du nord-TOGO (Kara). Elle s'exécute par des jeunes garçons en âge de se marier. C'est une danse de guerriers où chacun essaye de prouver sa force physique et mentale pour prouver à la famille de sa dulcinée qu'il a les capacités de veiller sur sa famille pour leur sécurité.

 

DANSE ADJOGBO

Danse des singes découverts par les chasseurs, elle est devenue une danse de réjouissance populaire exécutée lors des grandes manifestations. Cette danse à l'accoutrement et aux figures fortes originales a été classée au second rang lors du 1er Festival mondial des Arts nègres à Dakar

 

ADIFO DANSE

Danse initiatique des jeunes filles en âge de se marier du sud-TOGO (GATI) . C'est obligatoire pour les jeunes filles de ces localités pour prouver non seulement leur virginité mais aussi pour les préparer contre les esprits malfaiteurs.

 

DANSE KAKA 

Danse de réjouissance des adeptes du vaudou zangbeto,  génies protecteur des villages, gardien de nuit contre les voleurs et les persécuteurs. (BÉNIN, TOGO)

 

 

CRACHEUR ET MANGEUR DE FEU

Nous avons plusieurs actes de mangeur et cracheur de feu. La force et le pouvoir magique de l’Afrique en démonstration.

 

DANSE SAKPATA

Sakpata dieu de la variole, dieu de la terre. Vaudou  Sakpate est le plus redoutable des fétiches, si redoutable qu’on ose à peine en prononcer le nom dans les maisons. Cette danse lui a été consacré par ces adeptes pour lui imploré le pardon ou lui demandé grâce pour guérir un malade atteint de la variole

 

MASQUE GUELEDE

 

MASQUE DE YORUBA

Familles, amis et voisins se réunissent dans le marché des Yoruba land pour les jours du Festival Gelede. Le festival devient un "rassembleur sociale, la création d'une ambiance conviviale pour tous et chacun d'interagir en tant que membres d'une même famille" (Lawal, 79). Les masques Gelede effectuent en costume de tambours battant dont battements traduire les proverbes et chansons ancienne

Ce masque Gelede a été faite à partir d'une seule pièce de bois qui a été brûlé et sculpté dans la forme de la tête d'une femme. Il dispose d'un toupet de premier plan, appelé OSU. Après la sculpture, pigment a été appliqué sur les bois, indigos, violets et rouges utilisées sur Osu, gris et noirs lavés sur le visage, avec des roses légèrement brossé à l'intérieur des lèvres du masque. Le masque est non peinte sur sa face inférieure, qui a été ébréché et grattée sur de sorte qu'il peut être solidement fixé à la tête de son danseur.

Bien que le masque ne est plus utilisé pour la performance, il est encore en bon état. Il a très peu de rayures et la peinture n’est que légèrement fané. Le déclin le plus notable au masque se présente sous la forme d'une mince fissure dans le bois sur l'une des courbes de l’OSU. Le visage féminin est reconnaissable et l'OSU est lisse et conserve sa couleur.

 

MASQUE EGOUN -ZANGBETO

 

La société Zangbéto d'origine Adja fut fondée au milieu du XVIIIe siècle, lors de la constitution de la cité royale où elle jouait le rôle de “ police ”. Ses initiés sont les “ chasseurs (gbèto) de la nuit (zan) ” ; leurs cibles sont les voleurs, les mauvais esprits et les sorciers. Chaque groupe se réunit dans un enclos particulier devant lequel trône un masque. L’ensemble est gardé par un génie protecteur qui ne fait pas l’objet d’un culte, mais auquel les initiés remettent occasionnellement des offrandes alimentaires. Afin de contrôler le territoire qui lui est dévolu, la société multiplie ses groupes (229 répartis dans toute la circonscription urbaine de Porto-Novo).Les Zangbéto sont donc en quelque sorte une police de nuit instauré par roi Tê Agbanlin fondateur de la ville de Porto-Novo. Les Zangbétos malgré modernisation gardent toujours leurs attributs. Leur sortie la nuit apaise les populations. De part leur danse, démonstration acrobatique et mystique ils gardent un fort caractère culturel.